Groupe Laudato Si : Sauvegarde de la création et écologie

fête de la création - beau paysage d'eau qui coule

En mai 2015, le pape François publiait l’encyclique Laudato si’. Un appel à la sauvegarde de la création, une invitation à changer nos modes de vie, en vue de ce qu’il appelle une écologie intégrale, prenant en compte la création dans toutes ses dimensions: climatiques, biologiques, alimentaires, mais aussi humaines, sociales. Un appel à vivre une « sobriété heureuse« .

Dans le même temps, le pape instituait avec l’Église orthodoxe une journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création.

Depuis, les initiatives ont été nombreuses, dans les diocèses et les paroisses, pour célébrer la création et de vivre un dimanche de l’émerveillement, aux alentours du 4 octobre, fête de la saint François.

Dans notre diocèse, Mgr d’Ornellas a repris cette invitation dans sa lettre pastorale d’avril dernier: « Vivons un dimanche de l’émerveillement » (orientation numéro 1), « Rendons grâce pour la création » (orientation numéro 3).

Le but : Nous sensibiliser, comme chrétiens, à cette création.

Il nous appartient :

  • de la protéger, la cultiver, l’admirer comme un don de Dieu,
  • d’apprendre à mieux la servir pour le bien de tous, en particulier des plus pauvres,
  • de la recevoir avec gratitude.

 
Le pape nous dit dans son encyclique: « Le monde est plus qu’un problème à résoudre, il est un mystère joyeux que nous contemplons dans la joie et dans la louange« .

Que cette joie nous habite tout au long de notre vie.

Soyons dans la joie et la louange, oui, mais reconnaissons aussi nos écarts. Nos comportements par rapport à la création, à ses créatures que sont nos frères et sœurs, nous éloignent du chemin d’amour que le Christ nous invite à suivre. Humbles pécheurs, nous nous tournons vers la croix pour demander à Dieu toute sa miséricorde et recevoir son pardon.

Naissance du groupe Laudato Si

Le groupe a été initié suite à la rentrée paroissiale de septembre 2019 où plusieurs membres de la communauté de Saint Augustin ont souhaité que la paroisse réfléchisse et agisse davantage pour un plus grand respect de la création.

Le thème central du groupe est l’écologie et comment adresser cette problématique en tant que chrétien. Ce n’est pas une option, c’est non seulement un sujet majeur de société et pour les prochaines générations, mais aussi un appel à notre spiritualité chrétienne et notre capacité d’admiration qui mène à la profondeur de la vie. Comme le dit le Pape François dans LS 217 « Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne ».

Aussi, la vocation première du groupe est de placer l’écologie au centre d’un triptyque articulé sur notre rapport à Dieu, notre rapport à la Création, notre rapport aux autres. En effet, « tout est lié … la relation avec Dieu, avec le prochain et avec la terre » comme le dit le pape François (LS 66) ou encore dans LS 91 « Tout est lié. Il faut donc une préoccupation pour l’environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains, et à un engagement constant pour les problèmes de la société. »

Un chemin de communion

La démarche du groupe se positionne dans le thème choisi pour l’année 2020-2021 « Tous ensemble sur un chemin de communion »

  • Communion avec la Création
  • Communion avec le diocèse par l’intermédiaire d’un de ses représentants missionné par l’archevêque Pierre d’Ornellas pour la sauvegarde de la création et d’écologie intégrale.
  • Communion avec l’assemblée en l’invitant à des réflexions et actions concrètes, telles que la collecte du pain ou la récupération et réparation pour réutilisation de matériels informatiques.
  • Communion œcuménique à travers le label « Église verte ». Ce label a été créé en Septembre 2017 par la fédération protestante de France, le Conseil des Églises Chrétiennes en France et porté par la conférence des Évêques de France. Par exemple, le temple protestant de Rennes s’est déjà inscrit dans cette démarche quelque temps avant nous.

Le label Église Verte

Le label “Eglise Verte” compte déjà 550 paroisses en France, dont trois à Rennes. Cette démarche s’appuie sur un audit écologique articulé sur 5 thèmes :

  • Célébrations et catéchèse
  • Bâtiments
  • Terrains
  • L’engagement local et global
  • Les modes de vie.

En avril 2020, la paroisse Saint Augustin a officiellement entamé cette démarche de label « Eglise verte » après avoir réalisé le premier éco-diagnostique paroissial.

Aucun objectif n’est véritablement fixé pour une échéance donnée, l’important est la progression et le cheminement ensemble en tant que communauté et en communion avec tous les peuples de la terre comme la rappelé le Pape François et le patriarche Bartholomée pour la journée internationale de prière pour la sauvegarde de la création.

Le premier niveau du label obtenu par la paroisse Saint Augustin en 2020 s’intitule « Graine de Sénevé ». C’est le nom d’une plante des régions orientales, qui provenait d’une toute petite graine puis atteignait la hauteur d’un arbre de 3 mètres et plus. Mais c’est bien plus et surtout un symbole que l’on retrouve à plusieurs reprises dans l’Evangile de Saint Matthieu :

Jésus leur proposa une parabole, et il dit : le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences ; mais quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.

Mat 13, 31-32

Notre paroisse est maintenant au niveau « Lis des champs », en référence à l’Evangile de Matthieu 6, 28-34 .
A ce sujet un beau texte de Simone Weil :

Le Christ nous a proposé comme modèle la docilité de la matière en nous conseillant de regarder les lis des champs qui ne travaillent ni ne filent. C’est -à-dire qu’ils ne se sont pas proposé de revêtir telle ou telle couleur, ils n’ont pas mis en mouvement leur volonté ni disposé des moyens à cette fin, ils ont reçu tout ce que la nécessité naturelle leur apportait. S’ils nous paraissent infiniment plus beaux que de riches étoffes, ce n’est pas qu’ils soient plus riches, c’est par docilité.
Dieu a créé l’univers, et son Fils, notre frère premier-né, en a créé la beauté pour nous. La beauté du monde, c’est le sourire de tendresse du Christ pour nous à travers la matière. Il est réellement présent dans la beauté universelle. L’amour de cette beauté procède de Dieu descendu dans notre âme et va vers Dieu présent dans l’univers. »

Simone Weil. Attente de Dieu, Paris, Fayard, 1996, p. 86 et 112

Dernière actualités Église verte


Quelques photos de nos actions

Pour aller plus loin

Vous pouvez :

Derniers événements publiés

Nous contacter

  1. Nom *
    * Veuillez saisir votre nom
  2. Email *
    * Veuillez entrer une adresse mail valide
  3. Message *
    * Veuillez saisir un message